Notre prieuré

Les frères du prieuré

Aujourd’hui, 6 frères vivent au prieuré Sainte-Thérèse, dont 4 frères prêtres.

Frère Vincent

Prieur et assistant hôtelier

07 88 53 70 66

fr.vincent@stjean.com

Frère Yohan-Savio

Vicaire du prieuré et frère hôtelier

06 42 60 26 44

yohansavio@gmail.com

Frère Benoit-Etienne

Responsable des travaux

Frère Benoît-Charbel

Frère économe et curé in solidum

Frère Marie-Thomas

Curé de la paroisse Notre-Dame de Haute Auvergne

07 87 51 47 61

pmt.stjean@gmail.com

Frère Joseph-du-Sacré-Coeur

Diacre et aumônier MCR de Murat

06 42 61 83 81

Nos missions

La première mission du Prieuré Sainte-Thérèse est l’accueil des jeunes et des familles, ainsi que de tout individu ou groupe désirant passer un temps fort avec les frères et auprès du Seigneur.

Les frères organisent des camps de jeunes alliant le sport à la prière (par exemple le ski, la randonnée, le canyoning, le cheval, etc.). Ces camps sont déclarés auprès de Jeunesse et Sports, ce qui signifie qu’ils prennent en compte la réglementation actuelle de l’accueil de mineurs. Les animateurs sont recrutés et formés pour vivre ces camps dans un esprit de service et de générosité.

Au prieuré, les familles sont reçues parents et enfants durant les sessions. La maison est très familiale. La chapelle, au coeur de la maison, permet d’aller prier les laudes en pyjama avec les frères !

Les salles de conférence permettent d’accueillir des réunions ou récollections diocésaines. Camps de HP, retraite END, retraite de première communion rude confirmation, we d’aumônerie… Tout est possible ! La capacité de logement est de 132 lits (tout est aux normes!).

Depuis 2016, le Prieuré Sainte-Thérèse a un ascenseur, dans le cadre de la loi Accessibilité Handicapés.

L’Evêque de Saint-Flour confie aux frères des charges paroissiales depuis la fondation du prieuré en 1986. D’abord des petites paroisses éparses (Dienne, St Jacques-des-Blats, etc.), puis le bourg même de Murat en 1997, enfin la nouvelle paroisse créée en 2007, Notre-Dame de Haute-Auvergne, qui recoupait 14 communes, ce à quoi s’est rajoutée en 2015 une partie du secteur paroissial d’Allanche.

Aujourd’hui la paroisse Notre-Dame de Haute-Auvergne recoupe 21 communes (sans compter les petits clochers dont certains ne sont pas les moindres, comme la Valentine, St Antoine de Chastel, Breudons, Ste Reine, etc.) et compte plus de 7000 habitants.

La vie de la paroisse s’organise comme les autres paroisses du Cantal, avec le catéchisme, l’aumônerie des jeunes (notamment 2 établissements privés “Notre-Dame des Oliviers”), la pastorale des malades, les équipes de préparation au baptême, au mariage et aux funérailles, les différent conseils, etc.

En dehors des 2 missions principales du prieuré, les frères ont d’autres missions, avec l’accord des autorités ecclésiastiques :

  • groupes Pizza Ecclesia collégiens et lycéens sur Aurillac
  • rencontres ‘Les mardis d’Aurillac’
  • groupes Théophilo pour lycéens sur Clermont-Ferrand
  • aumônier scouts (Groupes 2e et 3e Europe Chamalières)
  • aumônier d’une Equipe Notre-Dame sur Aurillac

+ d’autres missions ponctuelles

L’histoire du prieuré

Installation officielle du prieuré de Murat le 12 octobre 1986

Le prieuré de Murat a été fondé en 1986, donc il y a plus de 30 ans. C’était une école-pension tenue par des religieuses. Voici les principales étapes de l’histoire des Frères de Saint-Jean dans le Cantal.

L’Ecole Sainte-Thérèse

C’est la Congrégation des Sœurs de St Joseph du Bon Pasteur (dont le siège est à Clermont-Ferrand) qui fondent cette maison pour en faire une école, puis un collège, sous le vocable de Sainte Thérèse. On ne sait pas exactement de quand date la construction du bâtiment. Certainement fin XIXe (vers 1890 ?). Un vitrail de la chapelle est le don de Mgr Lamoureux (évêque de St Flour de 1892-1906). Le bâtiment aura été plus anciennement encore un relai de poste et une ferme.

Les soeurs quittent Murat en 1979-1980 ; en juin 1986, c’est la fermeture du collège qui va être regroupé à l’école primaire Notre-Dame des Oliviers.

Les prémices et la fondation

Mgr Cuminal, évêque de St Flour, prend contact en juin 1984 avec le père Maire-Dominque Philippe, fondateur et supérieur de la Communauté St Jean. A cette époque, cette jeune Communauté a tout juste 9 ans, il n’y a qu’un seul prieuré apostolique en France (en dehors des maisons de formation), c’est Cotignac (83) ; la fondation du prieuré de la Chaise-Dieu (43) est en cours de préparation, ce qui a probablement mis la puce à l’oreille de l’évêque.

Allers-retours de courriers entre l’évêque et le père Philippe, visites mutuelles ; concertation du conseil épiscopal et du curé de Murat (l’archiprêtre Chansel) d’une part et du chapitre général de l’autre. Décision prise au chapitre général de la Pentecôte 1985 : fondation à Murat l’année suivante !

Pendant l’été 1985, 7 frères (1 prêtre et 6 frères) passent 2 mois d’été à Murat pour faire connaissance ; ils logent à l’école Notre-Dame des Oliviers. Parmi eux : François Potet, Patrick, Marie-Jérôme.

Missions données par l’évêque
  • établir un centre spirituel pour des accueils et des retraites spirituelles pour le diocèse,
  • avoir la charge de petites paroisses autour de Murat (pour commencer : Dienne, Lavigerie et Laveissenet),
  • rendre des services auprès du curé de Murat dans la pastorale des jeunes et de la santé
  • et enfin : développer une pastorale du tourisme à la station du Lioran
L’installation officielle le 12 octobre 1986

7 frères arrivent à Murat durant l’été 1986 : Marie-Vianney, prieur (prêtre depuis février), Geoffroy-Marie (prochainement diacre), Patrick-du-Très-Saint Rosaire (diacre), Joseph-du-Sacré-Cœur, François-du-Sacré-Cœur, Fulco-Marie et Jean-Marie-Luc (mais celui-ci part en cours d’année). Frère Henri passe 3 mois au presbytère de Dienne.

Dimanche 12 octobre, grand-messe à la collégiale de Murat avec l’évêque ; les frères de la Chaise-Dieu viennent pour l’occasion. Vin d’honneur puis repas dans la cour du prieuré, à l’ombre des tilleuls (le soleil tapait fort). A la fin du repas, toast de l’évêque, du père Philippe, du premier adjoint au maire le Dr Jarrige et du père Marie-Vianney, jeune prieur. C’est la joie ! Tout le monde se retrouve ensuite au réfectoire pour la conférence du père Philippe présentant la Congrégation. On chante les vêpres solennelles.

Les débuts

Chantier en prévision : séparer la partie de couvent des frères de la partie hôtellerie. Pour cela les salles de classe et les dortoirs devront être re-cloisonnées pour créer des cellules et des chambres. La perspective de la fondation : créer 10 cellules pour les frères, 35 chambres d’accueil, 2 dortoirs et des salles de conférence et d’accueil. Ce sera long…

Premier chantier : isolation et chauffage (septembre 1986). Deuxième chantier : le plancher du premier (les salles d’accueil) : destruction des cloisons, coulage d’une dalle en béton et création des salles et parloirs (hiver 1986-1987). Troisième chantier : la clôture des frères séparée du reste de la maison (1988). Les premiers frères ont beaucoup travaillé eux-mêmes, mais plusieurs personnes les aident généreusement pour subvenir à leurs besoins.

La fondation d’Aurillac

L’évêque veut confier davantage de missions à la Communauté. En septembre 1988, le prieuré d’Aurillac est fondé pour travailler principalement dans la pastorale des jeunes et des malade, avec notamment fr Geoffroy-Marie et fr Marie-Xavier. Les frères sont installés au 2° étage du Foyer St Paul.

Finalement le prieuré ferme en 1994 ; les lieux ne permettaient pas un exercice facile de la vie commune (pas d’offices publics ouverts aux laïcs); de plus des difficultés entre les frères et une partie du clergé local rendaient difficiles le maintien de cette fondation.

Le Lioran

Une des missions confiées par l’évêque était la pastorale du tourisme sur la station du Lioran située à 13 km de Murat. Le projet de construire une chapelle pour al célébration de la messe et lieu de recueillement au coeur de la station voit le jour : un terrain est donné, le Conseil général du Cantal et la commune de Laveissière subventionnent le projet (à hauteur de 2%), de nombreux dons particuliers affluent. Les travaux démarrent en 1993 et l’inauguration de la Chapelle Notre-Dame de la Paix est célébrée par Mgr René Séjourné en juillet 1994. Les frères continuent de desservir cette chapelle, particulièrement pendant les vacances scolaires.

Qui sont les Frères de Saint-Jean ?

Les Frères de Saint-Jean

À la suite de l’apôtre Jean, vivre ensemble en amis du Christ et témoigner de sa lumière et de son amour.

Les horaires des offices sur le prieuré

Horaire habituels

Oraison : 7h

Laudes : 7h30

Messe de semaine : 11h15

Office du milieu du jour : 12h15

Vêpres : 18h

Adoration : 18h30

Messe dominicale à l’église de Murat : 11h

Venir chez nous

PRIEURE Sainte Thérèse
8, Avenue de l’Ermitage
15300 – MURAT

Tel : 04-71-20-19-69
Fax : 04-71-20-19-69

MURAT est situé sur la N122 entre AURILLAC et l’autoroute A75 à 106 km au sud de CLERMONT-FERRAND : suivre l’autoroute A75 sortie N°23 (Massiac) ou N°29 (Saint-Flour).
Le Prieuré est toute proche de la gare de Murat (voir plans)

De quoi vit le prieuré ?

Les Frères de Saint-Jean se placent sous la bienveillance de la Providence. Ils vivent principalement de dons mais aussi de l’accueil ; le diocèse de St Flour leur verse également une rémunération correspondant à leur ministère paroissial, soit l’équivalent de la prise en charge complète de trois frères (honoraires de messe compris).

Dans cet esprit, chacun donne ce qu’il peut selon ses réelles possibilités de façon libre et anonyme.

Les frères ont besoin de dons (un reçu fiscal est envoyé) et de legs, ainsi que d’intentions de messe.

Certains ne peuvent pas donner beaucoup, d’autres peuvent donner plus (Cf 2Co 8, 12-15)

accumsan commodo libero. elit. sed libero massa felis